Pornographie Mainstream : Problèmes & Alternatives

pornographie mainstream

La Pornographie Mainstream, c’est quoi ?

Comme vous devez vous en douter, il n’y a pas de définition officielle de la pornographie mainstream. On entend par là, le porno (majoritairement) gratuit et accessible au plus grand nombre sur les plus grosses plateformes telles que YouPorn, Pornhub ou encore xHamster. Tout simplement !

C’est quoi le problème du Porno Mainstream ?

Notre interprétation de la sexualité

Il existe un fait troublant en ce qui concerne les jeunes et le sexe : ils ont probablement regardé du porno avant d’avoir reçu une éducation sexuelle appropriée. On ne peut pas reprocher aux jeunes d’être curieux, mais il est choquant de constater qu’un jeune sur trois âgé de moins de huit ans a déjà regardé du porno hardcore au cours des six derniers mois (ce qui inclut l’accès accidentel par des fenêtres pop-up ainsi que la recherche délibérée). Cette situation est problématique pour plusieurs raisons : lorsque ces enfants atteignent la maturité sexuelle, ils peuvent avoir une compréhension erronée de ce qu’est une expérience sexuelle réelle ; pire encore, ils peuvent ne pas avoir une compréhension totale du consentement et du respect mutuel dans la chambre à coucher…

Le problème vient aussi de notre interprétation de l’orgasme et du sexe à travers la pornographie mainstream, il y a clairement un regard masculin (male gaze) omniprésent. Dans ses vidéos, pour les femmes, les orgasmes sont souvent réduits à la pénétration vaginale et qu’elles ne puissent jouir seulement grâce à des performances de sportifs… Même si cela peut se révéler parfois juste dans la vie réelle, ce n’est qu’une toute petite partie de la riche diversité que représente l’orgasme. La stimulation clitoridienne, la douceur, les caresses, mais aussi la diversité des corps et des genres sont rarement (voir pas du tout) mis en avant… Ce qui, malheureusement, favorise aussi notre compréhension erronée du sexe, et peu créer un gap entre nos attentes et la réalité…

De plus, le porno mainstream est une performance, et il est très probable que les positions ou les actes que vous regardez dans le porno ne soient pas vraiment agréables (ou parfois même possibles) dans la vie sexuelle réelle. « J’ai souvent des clients en séance qui me disent qu’ils éjaculent prématurément parce qu’ils ne peuvent pas tenir une heure. Ils ne se rendent pas compte qu’une durée de cinq à dix minutes est tout à fait saine et ils se comparent aux acteurs à l’écran qui durent plus d’une heure – sans réaliser que, comme sur tous les plateaux de tournage, les acteurs font des pauses« , nous dit la sexologue Georgia Grace.

Le reproche principal à la pornographie mainstream que l’on peut faire, n’est pas en soi de montrer des pratiques hardcores. Car, personnellement, nous ne trouvons pas cela dégradant pour une femme de participer à un gang bang ou à des autres pratiques extrêmes. Chacune et chacun a le droit d’expérimenter ses envies sexuelles sans tabou ni jugement. C’est le fait que ses pratiques soient accessibles facilement à des mineurs et la fréquence d’exposition à ses images… Mais aussi que le porno mainstream montre une vision complètement erronée de la réalité, déformant notre interprétation de la sexualité !

Les conditions de travail

Avec l’avènement du porno mainstream gratuit, cela a participé aux dégradations des conditions de travail dans ce milieu. En effet, il existe de nombreuses interviews d’actrices qui expliquent qu’avec les nouvelles plateformes où tout est gratuit, certaines, pour s’adapter à la concurrence, ont demandé à leurs performeuses de pratiques de plus en plus extrêmes et de moins en moins bien rémunérés.
Mais ce n’est pas tout… l’industrie de la pornographie mainstream est fréquemment touchée par des scandales autour du sujet du consentement. Il arrive parfois que les actrices découvrent, dans l’action même, des pratiques extrêmes qu’elles doivent effectuer sans avoir donné leur consentement au préalable…
« En réalité, les dirigeants de ces multinationales n’ont jamais mis les pieds sur un plateau de tournage : leur objectif est de générer du clic et de la fréquentation afin d’engranger des profits et faire circuler l’argent, le plus souvent dans des paradis fiscaux, au mépris des droits humains fondamentaux« , nous explique Ovidie, ancienne actrice porno et réalisatrice du documentaire « Pornocratie ».

Bien sûr, il est important de préciser que cela ne concerne pas toute la pornographie mainstream. Loin de là ! Il y a des plateformes, des maisons de productions, des directeurs et directrices qui mettent en place un espace de travail éthique, respectueux, consenti et safe. Le problème, c’est que le grand public n’a pas connaissances des conditions de travail de chaque acteur de cette industrie avant de regarder leurs productions. Il est donc difficile de connaitre les valeurs de chacun s’ils ne les communiquent pas ou ne se revendiquent pas comme prônant un « porno éthique ».

Quelles alternatives à la Pornographie Mainstream ?

Premièrement, il existe des alternatives à la pornographie, mais si vous voulez en regarder, il faut payer, nous dit Grace.

« Le meilleur porno n’est pas gratuit ! Il est important de payer pour le porno pour plusieurs raisons : vous soutenez l’industrie et toutes les personnes impliquées dans le processus, qu’il s’agisse des acteurs, des producteurs, des cinéastes ou des réalisateurs« , explique-t-elle.
Cela permet également de s’assurer que le contenu que vous regardez a été produit de manière éthique, dans un contexte sûr et respectueux. Ce qui n’est pas tout le temps le cas du porno mainstream…
« Le porno éthique est réalisé légalement, de manière consentie et dans le respect des frontières, où toutes les personnes impliquées se sentent en sécurité et respectées, où les conditions de travail sont sûres, où l’on célèbre l’humanité et la diversité sexuelle et corporelle, et où l’on rémunère équitablement les artistes-interprètes et les cinéastes – pour n’en citer qu‘eux ».
« Aujourd’hui, il est tout à fait possible de respecter une éthique ou d’être féministe et regarder du porno » explique Grace.

En gros, tout le monde se sent à l’aise, respecté et humain du début à la fin du processus. Et n’est-ce pas là le plus grand des plaisirs ?